Université Sorbonne Nouvelle

Logo P3

.      

.           

Assemblée Générale des personnels de l’UFR LLCSE, Paris 3, le 23 juin 2016

Les membres du personnel de l’UFR LLCSE réunis en AG le 23 juin 2016 tiennent à faire entendre leur voix dans le débat suscité par la non-reconduction de l’Idex pour USPC. La fusion, qui avait été écartée lors des dernières élections aux conseils centraux par le président actuel, semble aujourd’hui très clairement envisagée sans que ce revirement ait fait l’objet d’une circulation d’informations, d’un débat organisé impliquant l’ensemble des personnels et étudiant-e-s et d’un vote de l’ensemble de la communauté universitaire. Un changement de politique de cette ampleur doit impérativement être précédé d’un débat véritable, transparent et informé et d’une évaluation préalable et transparente du coût humain, organisationnel et financier et des éventuels bénéfices qu’elle entraînerait. L’ensemble de la communauté universitaire devra être clairement informée également du calendrier des opérations et des alternatives à la fusion. Une éventuelle fusion ne pourra être envisagée sans être soumise au préalable au vote de l’ensemble de la communauté universitaire dûment informée.

.

Assemblée générale du Département LLFL de Paris 3, le 26 mai 2016

Le Président de l’université et son équipe ayant invité les membres de l’université à discuter de la « fusion » et des configurations possibles à l’intérieur desquelles Paris 3 pourrait s’inscrire, nous nous sommes réunis en Assemblée générale le jeudi 26 mai à 9 h.30.

Rapport d’évaluation du jury Idex — Nous sommes choqués par l’indigence du rapport qui ne présente aucune évaluation du travail accompli avec le financement de l’Idex et indignés de devoir prendre dans l’urgence des décisions capitales pour notre avenir à partir d’un tel texte. L’Assemblée générale demande un bilan interne et chiffré des actions menées au sein de Paris 3 grâce à l’Idex, ainsi que des dépenses engendrées par sa mise en œuvre. Elle demande également de connaître le coût induit, pour Paris 3, par le maintien administratif de la structure de la COMUE, une fois le financement stoppé.

Des solutions hors des cadres actuels — La « fusion » telle qu’elle est proposée, l’absence d’information, la démesure du projet et la précipitation dans laquelle la décision devra être prise nous amènent à nous prononcer majoritairement contre => vote : 27 contre ; 4 abstentions ; 3 pour Nous souhaitons que ce rapport nous permette de rediscuter de la configuration du paysage universitaire de Paris-centre-Île-de-France, de manière approfondie et collégiale.

=> vote : 30 pour ; 4 abstentions P.S. : nous demandons la traduction en français et la diffusion à tout le personnel du rapport d’évaluation.

 .

Assemblée Générale de l’UFR Arts & Médias, Paris 3, le 7 juin 2016

Réunis en Assemblée Générale le mardi 7 juin 2016, nous prenons acte de la non-reconduction de l’IDEX pour USPC et de la nécessité de repenser le projet dans lequel s’inscrit l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, université de Lettres, Arts et Sciences Humaines. Nous considérons que le délai fixé pour que notre Université se prononce pour ou contre la fusion d’USPC – en décembre 2016 – ne permet pas de prendre une décision informée, cohérente et fondée. Nous souhaitons au contraire mettre à profit ce délai pour élaborer des propositions tant sur le plan pédagogique que scientifique et institutionnel, associant l’ensemble des personnels et des usagers de notre Université. Nous proposons d’engager la discussion avec les autres UFR et de constituer au sein de notre composante et entre nos départements des groupes de travail qui remettront leurs conclusions en janvier 2017.

Motion votée à l’unanimité des présents (49).

.

Conseil du département du Monde Anglophone, Paris 3, le 20 juin 2016

Les élu-e-s du conseil de département du Monde Anglophone prennent acte de la non-reconduction de l’Idex pour USPC et de la demande formulée par le président de la Sorbonne Nouvelle d’ouvrir le débat sur une éventuelle fusion au sein de la Comue.

Ils/elles demandent que le débat sur cette éventuelle fusion associe l’ensemble de la communauté universitaire et s’appuie sur une évaluation transparente du coût humain et financier d’une telle opération, ainsi que sur une procédure et un calendrier précis.

Dans la mesure où une éventuelle fusion n’a pas été discutée lors des dernières élections aux conseils centraux et à la présidence, ils/elles demandent que la décision soit soumise au vote de l’ensemble de la communauté universitaire à l’issue d’un débat.

 .

Sans l'ombre d'un doute

 

 .

.

.